c y c l i s t e s - m i n i a t u r e s

c y c l i s t e s  -   m i n i a t u r e s

La maladie du plastique -Gérard (68) le 8/12/12

Mes premières confrontations avec la maladie du plastique remontent aux années 199O. J'avais un petit corsaire de la marque Starlux qui datait de mon enfance. Il faut vous dire que je collectionne les figurines depuis toujours. Les bases de ma collection sont les petits soldats avec lesquels je jouais quelques années plus tôt. Mes derniers soldats que j'ai acheté ? : je n'étais plus un enfant qui joue avec ses jouets... Etais-je déjà adulte??? Je ne le pense pas,  quand j'y pense aujourd'hui. Toujours est-il que je partais faire mon service militaire  dans les paras. Mes derniers achats furent une série de petits parachutistes édités par la marque QUIRALU. Ils resteront dans leur boîte bien des années… 

Mes petits soldats dormaient au fond de leur carton jusqu'au jour ou , en visite chez un ami maquettiste je fis la découverte des jouets de son enfance, dans une belle vitrine dans l'entrée de son appartement. Qu'étaient donc devenus mes petits soldats??? Le jour même, je me rendis chez mes parents pour récupérer ce qui restait de mes jouets, car il faut vous dire que mon neveu et ma nièce étaient passés par là, et qu'il y avait pas mal d'absents à l'appel...Nous étions début des années 7O et, arrivaient à cette époque les premiers marchés aux puces dans la région mulhousienne. Pour retrouver les figurines manquantes de mes jouets, je me mis donc à visiter les puces les dimanches matins... Et puis, je me suis pris au jeu. A présent je suis à la tête d'une armée de plus de 16 000 petits soldats, de toutes marques, civils et fermiers compris. 

Mais revenons à mon petit corsaire. Un jour, en ouvrant la vitrine une odeur de vinaigre agresse mes narines... Je remarque que mon petit corsaire est tout poisseux et que son socle baigne dans une sorte d'huile. Si la figurine avait représenté la vierge Marie, je crierais au miracle... Hélas, il ne s'agit pas de la vierge, mais d'un misérable pirate. Donc, pas de miracle, c'est donc autre chose !

Je me renseigne auprès d'autres collectionneurs que je rencontrais les dimanches matins.. Je ne suis pas le seul à avoir ce genre mésaventure. Nous sommes tous confrontés à ce problème. Pour certaines pièces, elles deviennent poisseuses, d'autres se couvrent de cristaux , d'autres encore se couvrent de petits poils cristallins. Mais tous se déforment, se fripent, deviennent plus petits. Nous remarquons alors que tous les plastiques ne sont pas touchés par cette maladie. Cela ne touche que les figurines en acétate, un plastique d'origine végétal et utilisé dans les productions de jouets pour ses caractéristiques: flexibilité, robustesse aux chocs etc. Les plastiques souples et le polystyrène ne sont pas touchés par cette dégradation.

Pour la combattre, je ne connais pas de solution miracle. Méfiez vous des odeurs dégagées par le plastique. Une odeur de vinaigre dans une vitrine, c'est la preuve de la présence d'une pièce malade. Dans  ce cas, il faut la sortir de la vitrine ou de la boîte, et la laisser à l'air libre. Avec un peu de chance, elle va se stabiliser, se détériorer moins vite que dans une atmosphère confinée. Une chose est certaine, une pièce malade est une pièce perdue. Si elle est dans une boîte avec d'autres figurines, elle risque de les contaminer. Les causes de cette maladie sont diverses, instabilité du mélange plastique et certains colorants

Par expérience je dirais que les plastiques gris et mélangés sont les plus stables. Autre source de détérioration, et c'est là que vous risquez d'être concerné: la réaction entre le plastique et la peinture utilisée. Cette dernière devient poisseuse, vous colore les doigts. Une seule solution décaper la figurine de sa couche de peinture et voir dans le temps si la figurine se stabilise. Mais il n'y a pas de miracles, l'acétate est un plastique  d'origine  végétale, il reste lié au cycle de la nature; la fermentation par exemple en automne... C'est l'époque de l'année ou la maladie se déclare le plus. J'en ai parlé avec un technicien dans la recherche des plastiques. D'après lui, tous les plastiques s'auto-détruiront. Certains plus vite que d'autres. Il faudrait éviter la lumière du jour à cause des U.V., et les grandes différences de température comme par exemple les greniers ou les caves. Une basse température stable serait l'idéale. Je n'irais pas jusqu'à vous conseiller de mettre vos cyclistes au réfrigérateur ! Je dois dire que je n'ai pas eu de pertes dans les cyclistes, mais méfiez vous des plastiques de couleur rose ou chair. La plupart des petites figurines au 1/43ème en sont faites. Elles tombent facilement malade. Par contre le plastique utilisé pour les cyclistes tire vers le bronze un peu comme certaines séries d'indiens. Je dois dire que c'est un plastique que je n'ai pas souvent vu malade. 



08/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi